Quand le pape François explique les mystères du « Notre Père »

Nouvelles de l'Eglise Universelle
Typography
À l’audience générale, le Saint-Père a invité à oser appeler Dieu "Père" et à participer à la "Minute de prière pour la paix", organisée ce jeudi 8 juin, à 13 heures.

La grande « révolution » du christianisme est d’avoir introduit dans la psychologie religieuse le mot « Père » pour désigner la transcendance divine. Appeler Dieu « Père » met le chrétien dans « une relation de confiance » qui le fait sentir « comme un enfant qui se sait aimé et soigné par son papa », a déclaré le pape François à l’audience générale de ce mercredi 7 juin. Poursuivant sa série de catéchèses sur l’espérance chrétienne, le Saint-Père est parti de la relation entre Jésus et son « Père » qui « fascinait » tant les apôtres, pour expliquer pourquoi le mystère de Dieu, « devant qui nous sommes si petits », « ne nous fait plus peur », Celui-ci se révélant sous les traits d’un « Père bon qui n’applique pas les critères de la justice humaine, mais a besoin de pardonner, capable seulement de décliner le mot “aimer” ».

Oser une relation filiale avec Dieu

Jésus a transmis aux apôtres ce qui deviendra « la prière chrétienne par excellence » : le « Notre Père ». Tout le mystère de cette prière, a développé le Pape, se résume en quelques mots : avoir le courage d’appeler Dieu notre « Père ». Un Père, non pas à la manière humaine, mais « bon, sans défense face au libre arbitre de l’homme », vers lequel Jésus demande de « nous tourner » quand on a besoin d’aide, pas de se résigner ou de se renfermer sur soi. « Que nous soyons loin, hostiles, ou que nous nous disions sans Dieu, a-t-il assuré, nous ne sommes jamais seuls (...) En toute circonstance, nous avons un Père qui nous regarde avec amour et ne nous abandonne pas », a garanti le Saint-Père, « c’est la source de notre espérance ». L’évangile nous le révèle : « Dieu ne peut rester sans nous : Il ne sera jamais un Dieu sans l’homme ».

Parmi les milliers de personnes présentes sur la place Saint-Pierre, des pèlerins venus de France, de Côte d’Ivoire et du Bénin que le Saint-Père, au terme de sa catéchèse, a salués, les encourageant à « oser » entrer dans « une véritable relation filiale, d’amour et de confiance avec Dieu Le Père », une relation, a-t-il assuré, qui exclut « toute crainte et toute angoisse », permet de « ne plus jamais se sentir seuls » et de voir sa vie se « transformer ». Même dans la pire des situations, « Dieu nous attend et veut nous embrasser », a poursuivi ensuite le Pape en s’adressant aux pèlerins de langue arabe, « n’oublions pas que nous serons toujours des enfants de Dieu, enfants d’un Père qui nous aime et qui attend notre retour ». Et de réciter alors le « Notre Père » avec la foule, le Pape et les fidèles à l’unisson.

Tags favoris

evangelizo title fr
evangelizo title ar
evangelizo title am
evangeli banner
S'inscrire à notre newsletter

Latest News +

Haine ou Amour par GRIC TUNIS
samedi 16 décembre 2017
13 novembre 2015 à Paris : 130 morts, plus de 400 blessés dans les circonstances que l’on sait.24 novembre 2017 à Bir-al-Abed à 40km d’Al-Arich, capitale de la province Nord de l’Egypte : 305 tués...
Par Jean-François SIX... Si l’on étudiait la place que l’Islam tenait en France il y a un siècle dans le monde politique, dans les journaux, dans l’opinion publique, et celle qu’il y tient...

Visiteurs

Ce jour : 33

Hier : 59

Cette semaine : 314

Ce mois : 972

Total : 338903

Currently are 138 guests and no members online