Quand le pape François explique les mystères du « Notre Père »

Nouvelles de l'Eglise Universelle
Typography
À l’audience générale, le Saint-Père a invité à oser appeler Dieu "Père" et à participer à la "Minute de prière pour la paix", organisée ce jeudi 8 juin, à 13 heures.

La grande « révolution » du christianisme est d’avoir introduit dans la psychologie religieuse le mot « Père » pour désigner la transcendance divine. Appeler Dieu « Père » met le chrétien dans « une relation de confiance » qui le fait sentir « comme un enfant qui se sait aimé et soigné par son papa », a déclaré le pape François à l’audience générale de ce mercredi 7 juin. Poursuivant sa série de catéchèses sur l’espérance chrétienne, le Saint-Père est parti de la relation entre Jésus et son « Père » qui « fascinait » tant les apôtres, pour expliquer pourquoi le mystère de Dieu, « devant qui nous sommes si petits », « ne nous fait plus peur », Celui-ci se révélant sous les traits d’un « Père bon qui n’applique pas les critères de la justice humaine, mais a besoin de pardonner, capable seulement de décliner le mot “aimer” ».

Oser une relation filiale avec Dieu

Jésus a transmis aux apôtres ce qui deviendra « la prière chrétienne par excellence » : le « Notre Père ». Tout le mystère de cette prière, a développé le Pape, se résume en quelques mots : avoir le courage d’appeler Dieu notre « Père ». Un Père, non pas à la manière humaine, mais « bon, sans défense face au libre arbitre de l’homme », vers lequel Jésus demande de « nous tourner » quand on a besoin d’aide, pas de se résigner ou de se renfermer sur soi. « Que nous soyons loin, hostiles, ou que nous nous disions sans Dieu, a-t-il assuré, nous ne sommes jamais seuls (...) En toute circonstance, nous avons un Père qui nous regarde avec amour et ne nous abandonne pas », a garanti le Saint-Père, « c’est la source de notre espérance ». L’évangile nous le révèle : « Dieu ne peut rester sans nous : Il ne sera jamais un Dieu sans l’homme ».

Parmi les milliers de personnes présentes sur la place Saint-Pierre, des pèlerins venus de France, de Côte d’Ivoire et du Bénin que le Saint-Père, au terme de sa catéchèse, a salués, les encourageant à « oser » entrer dans « une véritable relation filiale, d’amour et de confiance avec Dieu Le Père », une relation, a-t-il assuré, qui exclut « toute crainte et toute angoisse », permet de « ne plus jamais se sentir seuls » et de voir sa vie se « transformer ». Même dans la pire des situations, « Dieu nous attend et veut nous embrasser », a poursuivi ensuite le Pape en s’adressant aux pèlerins de langue arabe, « n’oublions pas que nous serons toujours des enfants de Dieu, enfants d’un Père qui nous aime et qui attend notre retour ». Et de réciter alors le « Notre Père » avec la foule, le Pape et les fidèles à l’unisson.

Tags favoris

evangelizo title fr
evangelizo title ar
evangelizo title am
evangeli banner
S'inscrire à notre newsletter

Latest News +

« L’autre n’est pas une menace. L’autre n’est pas un concurrent dans une bataille sans fin pour la survie du plus fort. L’autre n’est pas un mal qui doit être marginalisé ou éliminé », déclare Mgr...
Marie-Noëlle Thabut lit et commente la 1re lecture du 29e dimanche ordinaire, année A : lecture du livre du prophète Isaïe 45, 1-6

Visiteurs

Ce jour : 7

Hier : 62

Cette semaine : 114

Ce mois : 1084

Total : 335141

Currently are 3146 guests and no members online