Pape François : « La présence de Dieu, aujourd’hui, s’appelle aussi Rohingyas »

Nouvelles de l'Eglise Universelle
Typography
Critiqué par la communauté internationale pour ne pas avoir prononcé le mot « Rohingya » lors de sa visite en Birmanie, le pape François a cité nommément ce peuple alors qu’il rencontrait, vendredi 1er décembre au Bangladesh, seize réfugiés Rohingyas.

Longuement, le pape les a écoutés. Leurs mains dans les siennes, ses yeux dans les leurs. Seize Rohingyas, venus d’un camp de réfugiés près de Cox’s Bazar, au sud-est du Bangladesh, qui, à tour de rôle, ont raconté au pape François, vendredi 1er décembre, un peu de leur drame depuis la Birmanie d’où ils ont été chassés.

Le pape, critiqué pour s’être refusé, en Birmanie, a prononcé le mot « Rohingya ». Il sait qu’une image vaut mieux qu’un long discours et que celles de ces réfugiés en file devant lui, pleurant parfois tandis qu’il les bénissait, valent plus que toutes les allusions pourtant directes qu’il a faites à leur sujet depuis le début de son voyage.
« Je vous demande pardon »

Et pourtant le pape a pris la parole, regrettant « le peu que nous pouvons faire face à votre dure et grande tragédie ». « Nous vous ouvrons tout grand l’espace de notre cœur », leur lance-t-il avant d’oser ces paroles : « Au nom de tous ceux qui vous ont persécutés, de tous ceux qui vous ont fait du mal, souvent dans l’indifférence du monde, je vous demande pardon ». « J’en appelle aussi à votre grand courage pour que vous soyez capables de pardonner », leur demande-t-il aussi.

Rappelant alors à ces musulmans que, pour les chrétiens, l’homme est « créé à l’image de Dieu », le pape a souligné qu’il faut faire « voir au monde ce que l’égoïsme du monde fait à l’image de Dieu ».

« La présence de Dieu, aujourd’hui, s’appelle aussi Rohingyas », a-t-il conclu, alors qu’il n’avait sans doute plus besoin de prononcer ce mot que tout le monde attendait depuis plusieurs jours sur ses lèvres.

Une prière musulmane lancée par un des imams présents, réfugié rohingya lui aussi, a alors conclu ce qui était d’abord une rencontre interreligieuse et œcuménique que le pape avait voulue comme un des moments importants de son séjour au Bangladesh.

Tags favoris

Latest News +

Haine ou Amour par GRIC TUNIS
samedi 16 décembre 2017
13 novembre 2015 à Paris : 130 morts, plus de 400 blessés dans les circonstances que l’on sait.24 novembre 2017 à Bir-al-Abed à 40km d’Al-Arich, capitale de la province Nord de l’Egypte : 305 tués...
Par Jean-François SIX... Si l’on étudiait la place que l’Islam tenait en France il y a un siècle dans le monde politique, dans les journaux, dans l’opinion publique, et celle qu’il y tient...