L’esclavage n’est pas aboli. Il n’a jamais été aussi rentable qu’au 21è siècle !

Dossiers
Typography
Selon une étude dont les principaux éléments ont été rapportés en exclusivité par The Guardian cette semaine, l’esclavage ne s’est jamais porté aussi bien qu’aujourd’hui. Le travail forcé rapporte 3978 dollars par an pour chaque personne exploitée. Au moins 21 millions de personnes vivent aujourd’hui dans des conditions d’esclavage moderne. Et combien d’autres en sont réduits à ne pouvoir que survivre de leur salaire ?

Dans de nombreuses régions du monde, l’esclavage est une réalité contemporaine à laquelle sont confrontés des habitants de manière quotidienne. La France n’est d’ailleurs pas épargnée si on en croit la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH).

Pour cause, rappellent les Nations-Unis sur leur site, « les formes contemporaines d’esclavage – trafic de personnes, prostitution forcée, enfants soldats, travail forcé et asservi et utilisation des enfants dans le commerce international des stupéfiants – fleurissent encore aujourd’hui, en grande partie à cause de la vulnérabilité exacerbée par la pauvreté, la discrimination et l’exclusion sociale. » Régulièrement, différents secteurs sont pointés dans des rapports et des enquêtes, comme celui de l’extraction de certains minéraux, notamment à des fins de fabrication d’objets électroniques ou encore le monde du textile.

Le phénomène, pris dans sa globalité, dépasse l’entendement. Ainsi, selon les chiffres rendus disponibles par l’Organisation internationale du travail, 21 millions de personnes vivraient aujourd’hui dans une forme « moderne » d’esclavage. Le Global Slavery index avance des chiffres encore plus importants et porte le nombre à presque 46 millions, dans 167 pays. En comparaison, The Guardian rappelle qu’entre le 15è et le 19è siècle, le commerce des esclaves a concerné 13 millions de personnes, selon les estimations (bien qu’on fasse ici fît de l’augmentation de la population depuis cette période). Nous bâtons donc des records aujourd’hui.

Aujourd’hui, un esclave permet de générer 3978 dollars de profits par an en moyenne

Selon l’étude de Siddhart Kara, spécialiste de la question, l’esclavagisme sexuel permet à lui seul de réaliser plus de la moitié des profits de l’esclavage moderne, alors qu’ils ne représente que 5 % des esclaves. Dans d’autres domaines, moins médiatisés, femmes hommes et enfants sont également la proie de ce vaste système : enfants soldats, mendicité ou mariage forcés, trafic d’organes, ventes d’enfants, mais aussi dans le bâtiment, entre autres… Pour chaque personne vivant en situation d’esclavage, le profit pour les tortionnaires est de 25 à 30 plus élevé qu’entre le 18è et le 19è siècle.

Pour étudier la réalité de la vie des esclaves, Siddhart Kara s’est entretenu pendant 15 ans avec plus de 5000 victimes. Les données qu’il a obtenues, témoignant de l’importance du phénomène, l’ont surpris lui même. Les exploiteurs profitent notamment des flux migratoires importants et des nombreuses personnes en détresse. Nombre de victimes sont ainsi des personnes déracinées, facilement exploitables. Si rien n’est fait, la situation pourrait encore s’aggraver ; avec la multiplication des conflits et le changement climatique, les personnes qui fuient les zones de combats et les villes sinistrées se retrouvent en effet dans des situations de très grande vulnérabilité.

L’esclavage peut être endigué en deux décennies

Contrairement à ce que suggèrent les chiffres, le chercheur estime que l’esclavage peut être éradiqué en deux décennies. Cependant, insiste Siddhart Kara auprès de The Guardian, pour que la lutte soit efficace, il faut « une volonté politique et de la détermination » de la part de la communauté internationale et des États les plus concernés.

À ce jour, il existe des initiatives pour faire reculer le phénomène. Nous pouvons relever qu’en Inde, un des pays les plus concernés par l’esclavage, plusieurs chercheurs ont lancé un programme pour localiser grâce à l’application maps de Google les usines et autres lieux dans lesquels sont exploitées des personnes. Enfin, il faut rappeler que le mode de vie occidental n’est pas non plus étranger à la perpétuation de l’esclavage moderne. Ainsi, les consommateurs peuvent s’opposer à cette réalité, notamment en refusant l’achat de produits construits par des marques qui travaillent avec des sous-exploitants qui portent atteinte aux droits humains.

Tags favoris

Latest News +

Disponible en ligne en cinq langues, ce bulletin d’information mensuel se concentre, comme son nom «Good News» l’indique, sur les bonnes nouvelles du dicastére.
Père Blanc, Étienne Renaud (1936-2013) a consacré sa vie à la rencontre avec l'islam et les musulmans. Soucieux de la « promotion humaine », passionné pour des communautés aussi diverses que celles...