Attaque dans une mosquée soufie en Égypte : « C’est l’ensemble des musulmans qui est touché »

Dossiers
Typography
Une attaque meurtrière a fait au moins 235 morts parmi les fidèles musulmans qui assistaient à la prière dans la mosquée soufie al-Rawda, vendredi 24 novembre, dans le nord du Sinaï. Auparavant en Égypte, les violences étaient plutôt dirigées contre les forces de l’ordre (et les civils jugés pro-gouvernement), puis les chrétiens et maintenant cette mosquée soufie.

« C’est un vrai carnage. C’était impossible d’imaginer qu’ils pourraient s’en prendre à une mosquée », commente Ihab Al Maleh, un résident d’Al Arish, la capitale de la province du Nord Sinaï, à une quarantaine de kilomètres du village de Bir al-Abed où s’est produit un véritable carnage dans la mosquée al-Rawda. « Daech avait déjà fait exploser des sanctuaires soufis et tués des cheikhs en raison de leur appartenance soufie mais il n’avait pas jusque-là commis d’attaques de masse dans une mosquée. On est tous sous le choc », s’attriste-t-il.
Un bilan très certainement voué à s’alourdir

L’attaque particulièrement meurtrière vendredi 24 novembre a secoué tout le pays. La télévision d’État annonce déjà 235 morts et plus de 100 blessés. Un bilan très certainement voué à s’alourdir. Car les hommes armés qui ont déclenché une explosion visant la mosquée al-Rawda ont également tiré sur les fidèles pour les empêcher de fuir.

Cette région située au nord Est du pays est régulièrement le théâtre d’affrontement entre les forces de sécurité et des groupes djihadistes qui y sont implantés. C’est notamment le fief de la branche locale de Daech qui revendique régulièrement les attaques contre les forces de l’ordre. Depuis quatre ans, l’armée y mène des opérations pour tenter d’éradiquer les djihadistes. Mais ces dernières semaines, on a assisté à une recrudescence des violences. Et vendredi, c’est la mosquée soufie al Rawad qui a été prise pour cible.

« Ce n’est pas la première fois que des soufis sont visés », commente Muhamed Sabry, spécialiste du Nord Sinaï. « Mais en pratique, ces violences touchent tout le monde car elles ont eu lieu lors de la grande prière du vendredi au cours de laquelle chacun va prier dans la mosquée la plus proche de chez lui. C’est l’ensemble des musulmans qui est touché par ces attaques ». De jeunes conscrits et des civils font partie des nombreuses victimes. La télévision d’État montrait en boucle des images d’ambulance et des résidents se regroupant devant les hôpitaux.
Les chrétiens, cible prioritaire de Daech

Ces derniers mois, Daech avait fait des chrétiens sa cible prioritaire, poussant en février dernier les coptes d’Al Arish à fuir massivement le Nord-Sinaï. Mais Daech a étendu ses violences au reste du territoire égyptien, attaquant également les chrétiens de plusieurs grandes villes du pays, en frappant notamment des églises du Caire, d’Alexandrie ou de Tanta, lors de cérémonies religieuses et d’affluence des fidèles. Il semblerait que les nouvelles attaques de vendredi soient le signe d’un changement de stratégie.

Ihab al Maleh, lui, en est convaincu : « Les mosquées, normalement, c’était des oasis dans cette guerre du Sinaï, mais aujourd’hui tout a changé ». Des attaques qui risquent de faire croître encore la colère de la population. Non seulement contre les groupes djihadistes, mais également contre un État qui malgré des opérations militaires depuis septembre 2013, ne parvient pas à les protéger.
Des violences qui pourraient durer des années

Selon un diplomate occidental basé au Caire, il faut s’attendre à une multiplication des violences terroristes sur l’ensemble du territoire égyptien. Des violences qui, selon lui, pourraient durer des années. La présidence égyptienne a déclaré un deuil national de trois jours. Dans une allocution télévisée, le président Sissi a également annoncé son intention de répondre aux assaillants avec une « force brutale » et promis de « venger » les martyrs.

Nadia Blétry (au Caire)

Tags favoris

Latest News +

Haine ou Amour par GRIC TUNIS
samedi 16 décembre 2017
13 novembre 2015 à Paris : 130 morts, plus de 400 blessés dans les circonstances que l’on sait.24 novembre 2017 à Bir-al-Abed à 40km d’Al-Arich, capitale de la province Nord de l’Egypte : 305 tués...
Par Jean-François SIX... Si l’on étudiait la place que l’Islam tenait en France il y a un siècle dans le monde politique, dans les journaux, dans l’opinion publique, et celle qu’il y tient...