L’Eglise d’Algérie soutient un certain nombre d’activités culturelles. Elle entend par là exprimer son respect pour la culture algérienne dans la diversité de ses composantes. Elle désire aussi apporter sa contribution, modeste mais réelle, aux efforts de formation déployés par le pays dans ce domaine.

Lire la suite : Les activités culturelles

La première mission d’une Eglise, c’est d’assurer la vitalité spirituelle de ses membres, sans laquelle aucun témoignage n’est possible. Cette vitalité est d’abord donnée par la rencontre de tous les chrétiens pour la prière hebdomadaire (en Algérie, souvent le vendredi, alors qu'ailleurs c'est le dimanche) pour célébrer l’eucharistie, souvenir du dernier repas de Jésus. Ce temps de prière est aussi celui de la lecture publique de la Bible avec le commentaire autorisé donné par un prêtre, le sermon ou homélie. Lors de ce ressemblement de croyants nous prions pour tous les besoins moraux et matériels du monde, c'est la "prière universelle".

Lire la suite : Les activités spirituelles

duvalUn pasteur engagé : Monseigneur Duval

En 1954, Monseigneur Léon-Etienne Duval est nommé archevêque d'Alger, peu de temps avant le déclenchement de la révolution. Dès son discours d'installation il rappelle les exigences de la justice, de la morale et des droits des plus pauvres. Ces paroles ont un écho profond dans la population algérienne.

Lire la suite : La période contemporaine

Les services Caritas des diocèses d’Algérie, mais aussi d’autres groupes comme la Conférence de St Vincent de Paul, les Petites Sœurs des Pauvres, les paroisses ou les mouvements, prennent des initiatives d’action sociale. Ces initiatives sont conduites soit à partir d’une structure de l’Eglise (Maison des Petites Sœurs des Pauvres pour personnes âgées, par exemple), soit dans des Associations algériennes par des équipes mixtes, formées de chrétiens et de musulmans. Elles s’exercent dans les domaines suivants :

Lire la suite : Les activités sociales et éducatives

L'arrivée des Français en 1830 et l'instauration du régime colonial amène en Algérie bon nombre de civils à des titres divers; la colonisation armée fait place à la colonisation de peuplement. Les aumôniers militaires ne suffisent plus. En 1838 un évêché est installé à Alger, dont le premier titulaire est Mgr Dupuch. La conquête militaire n'est pas encore terminée. Des relations s'établissent entre l'Emir Abdelkader et un représentant de l'évêque pour négocier des échanges de prisonniers. En 1846, un nouvel évêque est nommé, Mgr Pavy. Il amorce l'édification de la basilique de Notre Dame d'Afrique. De nouvelles paroisses sont créées, ainsi qu'un petit et un grand séminaire. Une correspondance entre l'Evêque et l'Emir Abdelkader en exil est l'occasion pour ce dernier d'exprimer sa déférence et l'humanisme qui l'a inspiré dans la protection qu'il a assurée aux Chrétiens de Syrie persécutés par les Druzes.

Lire la suite : La période coloniale

Naissance et essor

Il semble que le christianisme ait gagné le Maghreb dès la fin du premier siècle, notamment à partir des communautés juives qui s'y trouvaient en diaspora et des relations que cette région du monde entretenait avec le Moyen-Orient comme avec la rive Nord de la Méditerranée. Les premiers indices connus de la présence de l'Église en Algérie remontent à la fin du II° siècle. Ils sont essentiellement constitués par les témoignages des martyrs. C'est l'époque où les Saintes Perpétue et Félicité furent martyrisées à Carthage en 203. "L'Afrique du Nord est pleine des corps des martyrs" dira plus tard Saint Augustin.

 

Lire la suite : Les premiers siècles

Tags favoris

Latest News +

Entretien- La conférence des évêques de la région du Nord de l’Afrique (CERNA) s’est réunie en assemblée plénière à Tunis, du 11 au 15 novembre dernier. L’occasion pour les évêques, administrateurs...
Une rencontre à Marseille organisée par le Mouvement des cadres chrétiens (MCC) et l’Institut catholique de la Méditerranée (ICM), a permis de confronter les conceptions du travail dans le...